Tumultuous times | Indian® Motorcycle - BE FR -
TUMULTUOUS TIMES AND THE FIGHT FOR SURVIVAL

UNE PERIODE TUMULTUEUSE ET LA LUTTE POUR LA SURVIE.

1953 - 2010

En 1953, les chaînes de production de la société sont mises à l’arrêt. Commence alors une période creuse pour Indian Motorcycle, qui durera près d’un demi-siècle. Malgré les efforts consentis à cette époque par la marque, qui estampille le logo Indian Motorcycle sur plusieurs modèles de motos importés, ces temps troublés et marqués par de nombreux changements de propriétaire créent une véritable rupture avec son passé glorieux. Le rachat d’Indian Motorcycle Company en 2011 par Polaris Industries met un terme à cette longue période d’incertitude et donne un nouveau souffle à la marque, lui permettant de renouer avec le succès et la croissance d’antan.

Indian riders and owners after winning a race

L’ÉPOQUE BROCKHOUSE

En 1950, Ralph B. Rogers, alors président d’Indian Motorcycle, démissionne de ses fonctions. Il est remplacé par l’homme d’affaires John Brockhouse. Trois ans plus tard, l’Indian Motorcycle Manufacturing Company cesse son activité et met un terme à la production de l’ensemble de ses modèles. En 1955, le nom de marque est racheté par Brockhouse Engineering, qui commence alors à commercialiser des Royal Enfield importées sous le nom de marque Indian Motorcycle. En 1960, John Brockhouse vend les maigres restes d’Indian Motorcycle à la société Associated Motorcycle Company, qui disparaît peu de temps après.

Alors leader du secteur, Floyd Clymer rachète les droits du nom de marque en 1963. Une fois encore, le logo Indian Motorcycle est estampillé sur le réservoir de motos d’importation britannique. Ce bref regain d’énergie cessera en 1970 avec le décès subit de Clymer. Les droits de propriété de la marque passent alors à son avocat. Sous la direction de celui-ci, les ventes s’effondrent et l’activité cesse à nouveau en 1977.

THE GILROY AND STELLICAN ERAS

LA PÉRIODE GILROY ET STELLICAN

Ce n’est qu’en 1998 que la production de vraies motos Indian Motorcycle reprendra. Neuf sociétés fusionnent pour créer l’Indian Motorcycle Company of America (IMCA), qui ouvre un site de production à Gilroy, en Californie. L’IMCA commercialise alors des versions modifiées de certains des plus célèbres modèles Indian de l’époque, comme la Chief et la Scout, avant de déposer le bilan en 2003.

Suite à la faillite de l’IMCA, la société d’investissement privé Stellican Ltd., dont le siège social se trouve à Londres, rachète les actions Indian Motorcycle et relance la production à King’s Mountain, en Caroline du Nord. Après un nombre modeste d’unités écoulées, Stellican revend la marque à Polaris Industries en 2011.

Burt Munro getting ready for a race

BURT MUNRO

En 1967, Burt Munro, un Néo-zélandais de 68 ans, marque définitivement l’histoire de la moto en établissant un nouveau record officiel de vitesse sur terre. Lancé sur son Indian Scout Streamliner de 1920 largement modifiée par ses soins, il atteint les 295,453 km/h (et officieusement les 331 km/h) dans le désert de sel du Bonneville Salt Flats (Utah).

Burt Munro commence dès les années 1940 à inscrire plusieurs records de vitesse sur terre en Nouvelle-Zélande. Dans les années 1950, les courses de vitesse néo-zélandaises ne suffisent plus à sa Scout, devenue trop rapide. Il se fixe alors un nouvel objectif : courir sur le salar Bonneville Salt Flats. Au fil des années, Munro et sa Scout ont couru neuf fois sur ce désert de sel de l’Utah, établissant trois records du monde. Le dernier, décroché en 1967 avant de tirer sa révérence, reste encore inégalé. Burt Munro est entré au panthéon américain des motocyclistes en 2006 (AMA Hall of Fame), près de 80 ans après ses débuts.

FLOYD CLYMER

Avec l’arrêt de la production d’Indian Motorcycle en 1953, le monde de la moto américaine accuse la perte de l’une de ses marques fondatrices. En 1963, Floyd Clymer, pilote moto, concessionnaire, distributeur, éditeur de magazine, organisateur de courses, auteur et constructeur de motos, reprend les rênes de la marque Indian Motorcycle. Dans sa tentative de lui insuffler une nouvelle vie, il décide de commercialiser des Royal Enfield et des Velocette sous le logo Indian Motorcycle.

Nouveau coup du sort en 1970 : Floyd Cymer décède d’un infarctus, léguant le nom de marque Indian Motorcycle à son avocat, Alan Newman. Pendant un temps, Newman continue de commercialiser des petites cylindrées produites principalement à Taïwan. La marque subira une nouvelle cessation d’activité en 1977.

Plusieurs époques

TROUVER UN CONCESSIONNAIRE